Talking Heads (3) : Un parcours en cinq albums, deux films et quelques projets parallèles

77
1977
Déjà post-punks en cette année rebelle, les Talking Heads inventent avec leur premier album un rock à la fois anxiogène et dansant, vétuste mais ultra-moderne, dominé par des titres comme “Don’t Worry About The Government” et leur énorme tube, “Psycho Killer” (toujours joué par les DJs actuels, histoire de terminer un set en beauté). (Ci-dessous, une version live d’époque de "Psycho Killer")

Fear Of Music
1979

Un modèle d’invention pop, entre les étranges et poétiques “Mind”, “Electric Guitars” et “Drugs” (très cocasse), le dansant “I Zimbra” (basé sur un poème dadaïste d’Hugo Ball) et quelques plages toutes en groove et en tensions (“Animals”, “Cities”, “Life During Wartime”). L’un des albums-phare sans qui le revival punk-funk n’aurait peut-être pas vu le jour. (Ci-dessous : "Life During Wartime", extrait du live "Stop Making Sense").

Remain In Light
1980

Considéré comme leur chef d’œuvre. Un mille-feuille de trouvailles musicales et de métissages sonores, au service de chansons hantées et de plages dancefloor à la croisée de la new wave, du funk et d’une Afrique fantasmée. Byrne : “Une forme d’union entre le corps et l’esprit, une musique qui dégage quelque chose d’à la fois transcendental et extatique, ancestral et moderniste”. Anecdote : l’halluciné “The Great Curve” est l’un des titres favoris de Philippe Zdar, qu’il joue régulièrement dans ses sets. (Ci-dessous : le famex clip de "Once In A Lifetime", réalisé par Byrne lui-même).


Speaking In Tongues
1983

Un album de funk, mais un funk décalé, inédit, congelé et dominé par les synthés et une production tendue, à l’opposé de l’explosion sonore de Remain In Light. Ouvre sur “Burning Down The House”, l’un de leurs plus grands tubes aux Etats-Unis. (Ci-dessous : le clip original de "Burning Down The House").

Little Creatures
1985

Un disque plus volontiers grand public que ses prédécesseurs, pas toujours aimé des fans (c’est pourtant mon préféré), et qui pourtant recèle des trésors de poésie et d’harmonie, à l’image de “Road To Nowhere” ou “Stay Up Late”. Avec Little Creatures, le groupe de David Byrne se tourne cette fois vers d’autres influences, presque aussi exotiques que les musiques africaines, en puisant dans le registre de la country et d’une Amérique profonde. L’album n’a rien de réellement country et montre à quel point cette formation est capable de s’approprier, sans ironie et avec beaucoup de tendresse, une esthétique populaire et la détourner à son avantage. (Ci-dessous, l’un des clips les plus célèbres du groupe, “Road To Nowhere”, modèle de la créativité du genre vidéo au cours des années 80).


2 Films

Stop Making Sense, réalisé par Jonathan Demme
DVD Repérages et album live EMI, 1984

A voir absolument. Sans doute l’un des plus beaux concerts jamais filmés, magnifiquement mis en scène par David Byrne. Gestuelle inédite, idées poétiques (le plateau construit en live, au fil des morceaux), musiciens géniaux (Bernie Worrell, Alex Weir, Steve Scales), c’est le film pop et culte par excellence. Idéal pour découvrir leur univers musical et visuel. (Ci-dessous : "Girlfriend Is Better", extrait du film).

True Stories, réalisé par David Byrne
Warner Home Video, DVD Import Zone 1, 1986

Le seul et unique film de fiction, à la limite du clip, réalisé par Byrne, dans lequel il nous fait découvrir une petite ville du Texas, peuplée d’hurluberlus. Une vision tour-à-tour tendre et hilarante du peuple américain, portée par la musique des Talking Heads. Pas mal d’extraits à découvrir sur Youtube de ce film toujours scandaleusement inédit en zone 2. (Ci-dessous, un extrait tout à fait étonnant du film. Le prêcheur de la paroisse texane -une figure récurrente chez Byrne, se transforme en showman dénonçant les accointances entre industrie et politique).

5 Projets parallèles

David Byrne
The Catherine Wheel
Sire, 1981, réédition CD 1990

Musique composée en solo pour un ballet de la chorégraphe contemporaine Twyla Tharp. Album méconnu mais excellent, obsédant et habité, issu de la même période créative que Remain In Light et My Life In The Bush Of Ghosts.

Tom Tom Club
Sire, 1981

Le génie des Talking Heads ne s’est jamais réduit au seul David Byrne. Pour preuve, le premier album de la bassiste Tina Weymouth et du batteur Chris Frantz, est une merveille de pop dancefloor nourrie d’insouciance afro-caraïbes.
Contient au moins deux tubes, “Wordy Rappinghood” et bien sûr “Genius Of Love”, n°1 des charts disco en janvier 82. Repris et samplé depuis par tout le monde, de Grandmaster Flash à Mariah Carey et ODB. (Ci-dessous : le clip de l’époque de "Genius of Love").

Brian Eno – David Byrne
My Life In The Bush Of Ghosts
E.G./Virgin, 1981

Attention, album-culte. Une excursion sonore aux confins des âges et des continents, dans lesquels se croisent échos du monde arabe, amérique profonde, funk lunaire, percussions ancestrales et transes primitives. Composé dès 79, mais sorti en 81, après Remain In Light. (ci-dessous : le clip de "America Is Waiting, réalisé par le cinéaste expérimental, Bruce Conner).

X-Press 2 featuring David Byrne
“Lazy”
Skint, 2002

Joli single, extrait de l’album Muzikizum, signé par la formation plutôt racoleuse d’Ashley Beedle, X-Press 2. Une fusion néanmoins réussie entre l’art vocal de Byrne et la house.

Thievery Corporation featuring David Byrne
“The Heart Is A Lonely Hunter”
ESL, 2005

Un maxi et une belle collaboration entre le duo lounge-électro et David Byrne, idéalement remixé par Louie Vega. Un hommage commun aux Talking Heads de Remain In Light et à ses influences afro.

About these ads

0 Responses to “Talking Heads (3) : Un parcours en cinq albums, deux films et quelques projets parallèles”



  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 51 autres abonnés

%d bloggers like this: