Guillaume & The Coutu Dumonts : transes & transit

Texte : Jean-Yves Leloup

Avec Breaking the Fourth Wall, le Québécois plonge son électronique minimaliste et aérienne dans le grand bain de la transe.


Si l’on était réalisateur de clips, on aurait plein de bonnes idées à proposer à Guillaume Coutu-Dumont, histoire d’illustrer son nouvel album. Des images de derviches tourneurs, les yeux révulsés, virevoltant progressivement vers l’état de transe. Des images du Shrine, le club mythique de Lagos fondé par Fela Kuti, mais transposé à quelques milliers de kilomètres de là, dans l’enfer climatisé de Dubaï.  Ou pourquoi ne pas imaginer enfin, un clip retraçant le parcours d’un clubber, quittant la capitale berlinoise, pour rejoindre tel un réfugié clandestin, les rivages du Maroc à la rencontre des musiciens gnawa ?

Minimal chamane
Si ces idées vous paraissent d’un exotisme déviant, elle reflètent pourtant à merveille, Breaking the Fourth Wall, nouvel album dont l’ambition dépasse de loin les expériences prometteuses, mais inabouties, de Face à l’est, le premier album solo du Québécois paru en 2007. Ce compositeur trentenaire, passé successivement par les percussions classiques, le jazz, le funk ou la musique électro-acoustique, est en effet l’auteur d’un nouvel album idéalement maîtrisé, croisant différentes cultures, toutes fascinées par les figures de l’extase et de l’immersion. Breaking the Fourth Wall pourrait ainsi se situer à mi-chemin entre les transes ensorcelantes de la culture noire (le jazz, le funk mais aussi l’afro beat et le rock chamanique issu du continent africain), les effluves de la musique ambient sans oublier cette forme de concision numérique, typique de la house et de la techno, nées sur les dancefloors des métropoles occidentales. Pour parler plus simplement, son nouvel album peut s’écouter comme un très bel exercice de house moderne et chaleureuse, riche en timbres et en instruments (saxos, congas, piano Rhodes et orgue Hammond), mais sculptée à la manière des productions minimales qui ont fait la richesse de la capitale berlinoise, où Guillaume réside depuis quelques années comme bon nombre de ses collègues québécois. Pour être plus concret encore, l’artiste a invité de nombreux musiciens à participer à l’aventure, puise dans un vaste registre de samples enregistrés aux quatre coins du monde, emprunte différentes techniques inspirées de ses aventures jazz ou de son expérience passée au sein d’un très sérieux conservatoire de musique électro-acoustique, sans jamais verser dans le trop-plein et l’indigeste. Sa musique électronique, hypnotique mais jamais martelée, percussive mais comme toujours en apesanteur, concise mais développée au fil de longs titres aux résonances narcotiques, apporte même au genre dancefloor une musicalité qui lui a  souvent fait défaut ces dernières années.

Au fond, notre artiste, dont le pseudonyme résume à lui seul le statut et l’ambition démesurée d’homme-orchestre, réussit presque ici le grand écart entre différentes cultures sensorielles : l’électronique que l’on connaît désormais bien, l’euphorie du groove africain (il se dit « fasciné par le jazz éthiopien et la musique gnawa du Maghreb ») et, plus étonnant, le sens trippé d’un Pink Floyd, le seul groupe qui ait finalement accompagné Guillaume depuis son adolescence. Tendez l’oreille par exemple au bien-nommé « Discothèque ». Ce titre s’écoute comme si la formation de Syd Barrett et Roger Waters  jouait aux abords d’une faille sismique, partageant Essaouira et Berlin.


Guillaume & The Coutu Dumonts Breaking Down The Fourth Wall (Circus Company)

http://www.myspace.com/guillaumethecoutudumonts

About these ads

0 Responses to “Guillaume & The Coutu Dumonts : transes & transit”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 51 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :