François de Roubaix, homme-studio

Texte : Jean-Yves Leloup

A découvrir en musique, ici : Le monde électronique de François de Roubaix

Sous la forme de compilations, d’hommages, d’une biographie ou même de samples, on ne cesse de redécouvrir l’œuvre de François de Roubaix, compositeur génial de B.O de films, bricoleur inspiré, pionnier du home-studio et de l’électronique seventies.

Le compositeur en studio

Le compositeur en studio

Figure méconnue du grand public, François de Roubaix fait partie de ces artistes cultes sauvés de l’oubli par une poignée d’érudits et célébrés par les plus curieux de la génération du sample et des platines. Compositeur de B.O. à la carrière aussi prolifique qu’éphémère (seize courtes années, entre 59 et 75), ses musiques composées pour des films comme « Dernier Domicile Connu » ou « La Scoumoune » mais aussi pour des téléfilms et des publicités, sans oublier bien sûr quelques grands génériques télés (« Les Chevaliers du Ciel », « Chapi-Chapo », « Le Commissaire Moulin » version 70) l’ont en effet imposé comme une figure atypique de la musique pour l’image. Son côté autodidacte, son talent de multi-instrumentiste, sa capacité rare à intégrer les instruments les plus insolites (la fameuse guimbarde de « La Scoumoune »), ont apporté (aux côtés de Morricone bien sûr) une poésie réellement inédite au genre parfois très conventionnel de la B.O. A l’époque, son talent visionnaire consiste à marier les extrêmes. Plus précisément, « c’est le mélange des deux genres, musique traditionnelle et musique électronique », dit-il lui-même, qui l’intéresse, « créer une sorte d’équilibre, de pont entre le folklore et la recherche ». Pour cela, il marie l’électronique pure, les oscillateurs, les générateurs de fréquence et le synthétiseur Moog, aux cordes les plus exotiques et aux idées les plus incongrues. Avec lui, comme le rappelle Nicolas Saada, animateur de la célèbre émission « Nova Fait Son Cinéma », c’est  « l’imagination au pouvoir ». « De Roubaix parvient en effet à jouer avec la commande, avec les figures et les clichés de la B.O , pour mieux les subvertir et se les approprier ».

Au final, cela donne des pièces incroyables comme la musique composée pour un vieux téléfilm français, « Mort d’un Guide », les variations groovy et atmosphériques des « Anges », ou la folle innovation de « La Fête des Deux Avions », entre autres pépites exhumées sur la collection de compilations, « Le Monde Electronique de François de Roubaix ». À l’écoute de ces raretés, on comprend pourquoi l’œuvre de de Roubaix est devenu un tel réservoir à idées pour des artistes comme Carl Craig, Luke Vibert ou les Troublemakers, dont certains travaux de remixes ont été rassemblés sur la fameuse compile « Cinémix » sorti en 2003, et qui a beaucoup fait pour sa réputation. Pourtant, si des artistes plutôt pop et électro comme Air ou Sébastien Tellier lui vouent une admiration sans bornes, c’est aussi la génération hip-hop qui a puisé chez le Français, à l’image de Missy Elliot, Ol’Dirty Bastard, Keops de IAM ou 7L & Esoteric. L’exemple le plus flagrant étant bien sûr le fameux « riff » de violon de « Dernier Domicile Connu » utilisée sur le « Supreme » de Robbie Williams, et dont les premières versions avaient malencontreusement « oublié » de spécifier l’origine de l’emprunt ! Quoi qu’il en soit, cette large palette d’inspiration prouve à quel point l’œuvre encore secrète et méconnue de de Roubaix reste un modèle d’ouverture et d’invention pour toute l’électro actuelle.

Quelques exemples de son talent de compositeur, en images :

Ici, le générique de la version seventies de la série télé, « Le Commissaire Moulin » :

Ici, un extrait d’un beau documentaire de 1974, consacré au personnage :

Ici, l’habillage synthétique et analogique pour Antenne 2, au cours des années 70 :

Ici, une fameuse séquence extrait de « L’homme orchestre » avec De Funès, père et fils :

Et la bande-annonce d’un documentaire consacré au compositeur :

« Le Monde Electronique de François de Roubaix vol.I & II », CD Universal Jazz
« François de Roubaix, charmeur d’émotions » de Gilles Loison et Laurent Dubois, (biographie, CD-Rom et DVD, éditions Chapitre Douze, 568 pages, 160 € !)

http://www.francoisderoubaix.com
deroubaix.free.fr

Publicités

0 Responses to “François de Roubaix, homme-studio”



  1. Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Publicités

%d blogueurs aiment cette page :