Ryoji Ikeda, ou l’esthétique numérique de la « data »

Auteur d’installations monumentales et de « concerts audiovisuels » spectaculaires, musicien électronique et plasticien contemporain, Ryoji Ikeda se révèle comme l’un des artistes visionnaires de notre époque numérique. Le Japonais est même en passe de devenir l’une des nouvelles superstars d’un art moderniste et technologique, comme en témoigne son succès à l’étranger et son intense actualité parisienne en cette fin d’année 2008.

ryoji-ikeda-datatron-11Lors de la dernière Nuit Blanche, il illumine la Tour Montparnasse de 64 puissants faisceaux, créant une forme de double irréel et lumineux au célèbre gratte-ciel, jusqu’à atteindre la surface des nuages à quelques centaines de mètres de hauteur. Le public, visiblement conquis et fasciné, est quant à lui immergé dans un bain d’ondes sonores d’une grande pureté, qui participe à cette dématérialisation féérique de l’espace urbain. Dans la galerie du Laboratoire, toujours à Paris, il propose ces jours-ci, V≠L, une installation signée en collaboration avec le mathématicien Benedict Gross, où il explore sa fascination pour l’univers infini des nombres. En décembre, dans le cadre de l’exposition Dans la nuit, les images au Grand Palais, il expose Data.tron, autre pièce monumentale, une nouvelle fois inspirée par les mathématiques.
Enfin, comme chaque année, il a fait salle comble au Centre Pompidou pour trois représentations exceptionnelles de Datamatics (Ver.2.0), spectacle et concert audiovisuel dans lequel il poursuit une recherche musicale et graphique sur l’esthétique des données numériques.

spectra-paris-_1_fullL’article détaillé de Jean-Yves Leloup, dédié à Ryoji Ikeda ainsi que son compère Carsten Nicolaï, accompagné de sons, d’images et de nombreuses vidéos, est à lire sur le site Culture Mobile, site dédié aux usages culturels et sociaux des nouvelles technologies numériques : http://www.culturemobile.net/innovations/artek/ryoji-ikeda-01.html

Actualité :

CDs 1000 Fragments et Test Pattern parus chez Raster-Noton/CCI Recordings.

V≠L, exposition de Ryoji Ikeda & Benedict Gross
Du 11 octobre 2008 au 12 janvier 2009 au Laboratoire ; 4, rue du Bouloi, 75001 Paris.
http://www.lelaboratoire.org/

Data.tron, dans le cadre de l’exposition collective, Dans la nuit, les Images, Création visuelle et numérique en Europe, au Grand Palais du 18 au 31 décembre 2008.
http://www.ue2008.fr/PFUE/lang/fr/accueil/Saison_Culturelle_Europeenne/SCE-12_2008/SCE-18.12.2008/dans_la_nuit_des_images
http://www.forma.org.uk/programme/exhibitions/datatron-grand-palais

Advertisements

0 Responses to “Ryoji Ikeda, ou l’esthétique numérique de la « data »”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :